Dans la famille des fruits d’automne, je demande les Rosacées qu’on aime croquer (et pas que !). Acides ou sucrées, les pommes sont une des variétés de fruits les plus cultivées et consommées dans notre pays (17kg en moyenne par foyer chaque année). Si elles se conservent longtemps, la saison de la cueillette est quant à elle limitée, généralement de fin août à fin novembre et toujours avant les premières gelées ! Symbole de la tentation, on ne dérogera pas à la règle en vous donnant quelques bonnes raisons d’y goûter. Mais seulement si vous la choisissez bio !

Vous avez certainement déjà entendu le vieux dicton « Une pomme par jour éloigne le médecin » ou alors vous vous souvenez peut-être du célèbre spot « tant que vous avez des dents, croquez des pommes ».Si ce n’est malheureusement pas le cas, vous feriez bien de les retenir car la pomme possède en effet de nombreux bénéfices pour la santé.

Constituée à 85% d’eau, elle contient un bon nombre de minéraux et d’oligo-éléments et elle est peu calorique (52 kcal/100g). Contrairement à ce qu’on pourrait penser, son pouvoir sucrant n’est pas un problème pour la ligne car il provient du fructose qui possède un index glycémique très bas. Assimilable lentement par l’organisme, ce type de sucre est aussi très utile pour les sportifs !

La pectine, une forme de glucide d’origine végétale qu’elle renferme en abondance, possède quant à elle une action sur le taux de cholestérol et de glycémie, notamment utile dans la prévention de diabète de type 2. Sa forme gélifiée lui permet ainsi de capturer les graisses et les sucres dans l’intestin.De plus, comme il s’agit de fibres solubles, elle permet aussi de réguler le transit et contribue à la sensation de satiété.

Autre point positif, la pomme renferme également des composés antioxydants tels que les flavonoïdes dont le rôle principal dans la nature est de protéger les végétaux des bactéries, ainsi que des virus ou des moisissures néfastes. Cet effet protecteur est également valable chez l’être humain puisque les flavonoïdes permettent entre autres de réduire les risques de maladies cardiovasculaires. Autres antioxydants intéressants dans le palmarès de la pomme: les polyphénols qui permettent à notre corps de lutter contre le vieillissement prématuré en neutralisant les fameux radicaux libres qui s’attaquent à nos cellules et accélèrent le déclin de l’organisme.

Bien sûr, à cela s’ajoute la présence de vitamines, notamment de vitamines C. Attention cependant ! C’est la peau qui en renferme le plus. Il est donc préférable de consommer les pommes sans les peler et par conséquent il est essentiel de les choisir bio.

Attention aux traitements dans le conventionnel !

Si nous vous recommandons de les choisir bio, c’est qu’au-delà de nos convictions, la pomme est un des fruits les plus traité en France. En effet, les pommiers sont très attaqués par de multiples agresseurs comme des champignons (notamment tavelure) et des insectes comme le carpocapse, un tout petit papillon de 20 mm dont les vers creusent des galeries dans le fruit et dévorent jusqu’aux pépins. Ainsi, en agriculture conventionnelle (qui représente encore 90% des ventes), on compte plus d’une trentaine de produits phytosanitaires utilisés (et jusqu’à 50 !) pour lutter contre : fongicides, insecticides, herbicides… qui bien entendu sont aussi néfastes pour l’environnement que pour notre santé ! L’utilisation de ces produits inquiète d’ailleurs le corps médical qui constate de nombreuses pathologies associées à l’inhalation ou à l’ingestion de ces composés telles que des asthmes, des troubles oculaires, des douleurs abdominales, des maux de tête, des convulsions et d’autres problèmes graves en tout genre.

Et en bio ?

A contrario, l’agriculture bio exige quant à elle de faire le nécessaire pour créer et maintenir un agro écosystème équilibré. L’utilisation de tous ces produits n’est donc pas autorisée. A la place, les pomiculteurs se servent de produits tels que le souffre, le cuivre ou l’argile. L’utilisation de phéromones naturelles est également utilisée pour diminuer les populations d’insectes ravageurs sur les fruits. En parallèle, énormément de techniques manuelles (ou non) sont utilisées comme des pièges, l’élimination systématique des fruits et pousses touchés, l’utilisation de mécanismes de surveillance (température, humidité, prévisions météo ou cycle de vie des parasites), la mise en place de nichoirs et de perchoirs dans les vergers pour accueillir des chauves-souris et des oiseaux qui permettent de réguler la présence d’insectes… Et beaucoup d’autres encore ! Bref, un travail de longue haleine qui permet de prendre soin de notre planète et de pouvoir croquer des pommes sans crainte de subir le même sort que Blanche-Neige !

En pleine saison, c’est trop bon !

Si on retrouve des pommes toute l’année sur les étals, il faut savoir que la récolte s’effectue généralement entre fin août et fin novembre et que certaines variétés ont une durée de vie plus courte que d’autres. De la fleur à la récolte il faudra attendre 160 jours en moyenne pour que le goût et les arômes s’expriment au mieux. La pomme est cependant un fruit de longue conservation. Elle est climactérique, c’est-à-dire qu’elle continue de mûrir après sa récolte. Ainsi selon leur degré de maturité, les pommes cueillies seront dites de « consommation » pour celles qui pourront être dégustées de suite ou « de cueillette » pour celles qui seront stockées pour être consommées plus tard. De quelques jours à 9 mois suivant les variétés, la conservation nécessite, quoi qu’il arrive,
de la fraîcheur et de l’aération pour ralentir la vitesse d’évolution des fruits. Les pommes les plus précoces ne se conserveront généralement pas plus d’un mois. Celles de mi-saison, (récoltées en septembre) tiendront normalement jusqu’en novembre et celles récoltées à partir d’octobre, logiquement tout l’hiver.

Bon à savoir ! 

1.La consommation de pommes favorise la prévention des caries grâce à ses polyphénols qui diminuent l’adhérence à l’émail des bactéries présentes dans la plaque dentaire.

2.La pomme favorise le sommeil et détend le système nerveux. Elle contient en effet une substance appelée brome qui possède un pouvoir sédatif.

3.Voici quelques mariages qui fonctionneront à coup sûr avec la pomme : cardamome (pour renforcer le goût sucré), vanille et fève tonka (pour adoucir le côté acidulé), cannelle et clou de girofle (pour réchauffer, parfumer), muscade (pour équilibrer sucre et acidité). pour encore plus d’originalité n’hésitez pas non plus à l’accompagner de romarin.

À la page suivante, découvrez-en davantage sur la pomme (conservation, astuces zéro-déchet, recettes…)