Ce logo garantit qu’aucun pesticide n’est utilisé. Il garantit également l’absence de tout traitement chimique après la récolte.
Concernant l’élevage d’animaux, le label AB garantit :

  • Une alimentation sans pesticide, composée principalement de céréales. Cependant, ces aliments ne sont pas nécessairement produits à la ferme: ils peuvent provenir d’autres fermes bio de la région.
  • L’interdiction de présence d’OGM au-delà des 0,9 %
  • La limitation de traitements et d’injections de médicaments vétérinaires.
  • Un minimum d’espace et d’activités de plein air.
En savoir +

Sa présence sur l’étiquette garantit que le produit :

  • Contient 100% d’ingrédients issus du mode de production biologique ou au moins 95% de produits agricoles biologiques dans le cas où les produits sont transformés.
  • Est conforme aux règles du système officiel de contrôle et de certification.
  • Porte le nom du producteur, du préparateur ou du distributeur et le numéro d’agrément de l’organisme de  certification.
En savoir +

Outre les normes européennes, BioCohérence prend également les engagements spécifiques suivants:

  • Pas de coexistence bio/non bio. Les activités agricoles doivent être soit bio soit en conversion vers le bio.
  • La ferme doit produire au moins 50% des aliments pour les animaux, 80 % pour les herbivores.
  • Les traces d’organismes génétiquement modifiés sont totalement interdites.
  • Il faut 100 % d’ingrédients bio dans les produits transformés.
  • Par rapport au label européen, les traitements vétérinaires autorisés sont plus restreints.
En savoir +

Le cahier des charges de Demeter est basé sur le socle fourni par le label européen, mais oblige les producteurs à respecter un certain nombre d’autres principes :

  • Utiliser des préparations naturelles spécifiques conçues pour «vivifier» la terre.
  • S’appuyer sur les flux énergétiques du sol et des astres.
  • Limiter la taille de l’exploitation.
  • Maximiser la réutilisation des sous-produits des activités (déchets animaux et végétaux) .
En savoir +

Nature et Progrès défend des engagements qui dépassent les critères européens sur plusieurs points :

  • L’exploitation doit être totalement convertie au bio
  • Une alimentation 100% bio est privilégiée
  • Les OGM sont complètement interdits
  • Un souci de l’environnement extérieur : pas de ferme Nature & Progrès à moins de 500 m des grandes voies routières ou en aval d’exploitations agricoles polluantes ;  la zone est aménagée pour protéger les ressources collectives (nappes phréatiques, etc.)
En savoir +
En savoir +

Les produits « Bio partenaire » sont issus du commerce équitable et ont la certification bio. Le logo est affiché sur les produits du commerce équitable « Nord-Sud » traditionnel. Mais aussi sur des produits du commerce solidaire en France.

La structure engagée dans le label doit établir un contrat pour garantir aux producteurs le prix et la quantité achetée sur une durée minimale de 3 ans. Le label ne se trouve que dans les magasins bio spécialisés.

En savoir +

Cosmebio consiste à avoir :

  • Au moins 95% d’ingrédients naturels sur le total du produit  (l’eau et les minéraux étant considérés comme des ingrédients naturels)
  • 95% minimum d’ingrédients bio sur l’ensemble des végétaux
  • Au moins 10% d’ingrédients bio sur le total du produit (l’eau et les minéraux n’étant pas considérés comme bio parce qu’ils ne sont pas cultivés)
En savoir +

Pour obtenir la certification MSC, la pêche doit respecter 3 principes de base :

  • Avoir des stocks de poissons durables : L’effort de pêche doit se situer à un niveau qui permet d’assurer la pérennité des populations de poissons
  • Minimiser l’impact sur l’environnement : les activités de pêche doivent être gérées pour maintenir la structure, la productivité, la fonction et la diversité de l’écosystème
  • Gérer efficacement les pêcheries : elles doivent respecter les lois existantes et doivent disposer d’un système de gestion leur permettant de s’adapter aux changements.
En savoir +

La formule cosmétique COSMOS Organic doit contenir :

  • 95 à 100 % d’ingrédients d’origine naturelle,
  • 95 à 100 % d’ingrédients bio sur le total d’ingrédients végétaux,
  • Jusqu’à 5 % d’ingrédients approuvés dans une liste restrictive.

De plus, il existe deux nouvelles normes : la teneur en ingrédients bio (dans tous les ingrédients, l’eau y compris) passe de 10 à 20 % et seuls les ingrédients biodégradables sont désormais acceptés.

En savoir +

Il garantit :

  • un prix d’achat équitable supérieur au prix du marché
  • un mécanisme de protection des producteurs en cas de crise : prix minimum garanti basé sur les coûts de production
  • quel que soit le maillon de la filière de production et le pays où elle est implantée, des conditions de travail décentes et sûres sur toute la filière
  • un renforcement de l’autonomie des producteurs
  • des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement qui incitent la transition vers l’Agriculture Biologique
En savoir +

Pour être certifiée, l’exploitation doit répondre aux critères de la norme pour l’agriculture durable. La norme est basée sur les principes importants suivants :

  • Protéger la biodiversité
  • Améliorer les moyens de subsistance et du bien-être humain
  • Protéger les ressources naturelles
  • Avoir un système efficace de planification et de gestion agricole
En savoir +

Il se distingue par ses exigences en matière de naturalité et de durabilité. Pour bénéficier de ce label, tous les aspects du développement durable doivent être pris en compte tout au long de la chaîne de fabrication : respect de la biodiversité, impact environnemental, etc.

Le système de certification étant totalement indépendant, le label NATRUE se caractérise aussi par sa transparence : un organisme de certification externe accrédité veille à évaluer que les produits prétendant au label respectent les critères stricts de NATRUE.

En savoir +
  • Ingrédients naturels, issus du règne végétal (OGM exclus) ou minéral
  • Priorité aux produits végétaux bio, mais il n’y a pas d’exigence minimale obligatoire
  • Pas d’ingrédient pétrochimique (paraffine, silicone), pas de conservateur, parfum ou colorant de synthèse.
  • Bases lavantes et émulsifiantes d’origines végétales.
  • Pas d’ingrédient d’origine animale à l’exception des ingrédients issus d’animaux vivants (miel, etc.).
  • Il existe une liste positive qui mentionne les 690 ingrédients autorisés (sur les 20.000 ingrédients répertoriés en cosmétique conventionnelle au total). Les composants qui ne figurent pas sur cette liste sont strictement interdits.
En savoir +
Le label « Cruelty Free » garantit que le produit final n’a pas été testé sur des animaux, mais également qu’aucun ingrédient qui le compose n’a été testé sur les animaux.
Le label « Cruelty Free and Vegan »garantit la même chose que le label précédent. Mais il garantit également l’absence de matière animale ou provenant d’un animal autant dans le produit que dans l’emballage.

Le cahier des charges du label PETA Cruelty Free certifie la marque dans sa totalité.

En savoir +

Le « leaping bunny », ou lapin bondissant donne une certification internationale indiquant que les produits cosmétiques et l’intégralité de leurs matières premières n’ont pas été testé sur des animaux. Le logo garanti que le fabricant n’a effectué aucune expérimentation animale durant tout le processus de fabrication, de la formulation au produit final. Le label  exige que chaque entreprise soumette ses procédures à des audits indépendants tout au long de la chaîne d’approvisionnement, pour garantir la conformité aux normes mentionnées par le label.

En savoir +

Depuis plus de 20 ans, la lutte de One Voice contre l’expérimentation animale a remporté de belles victoires. Notamment, en 2013, avec l’interdiction d’importer ou de vendre des cosmétiques aux produits ou ingrédients testés sur les animaux sur le territoire européen. Cependant, les tests continuent pour de nombreux produits de consommation courante.

Par conséquent, aucune société commercialisant des produits en Chine, où les tests sur animaux sont obligatoires, ne sera éligible en France : l’éthique d’une marque doit être globale et planétaire.

En savoir +

Un produit alimentaire dit végétarien labellisé avec le V-Label européen, répond aux exigences en vigueur pour les produits végans. La différence est que les produits suivants peuvent être ajoutés ou utilisés : lait, colostrum, œufs (sauf les œufs de poules élevées en batterie), miel, cire d’abeille, propolis, graisse de suint.

En savoir +

Il est interdit à tout produit certifié ou ayant l’intention de passer la certification V-Label de présenter des traces d’organismes génétiquement modifiés. La méthode de production du produit à certifier doit être envisagée et mise en œuvre de manière à éliminer tout risque de contamination croisée avec les substances d’origine animale.

Un produit alimentaire peut être certifié végan lorsqu’aucune étape de sa production et/ou transformation ne fait intervenir de produits d’origine animale, sous une forme brute ou transformée.

En savoir +

La Vegan Society est une organisation caritative fondée au Royaume-Uni le 1er novembre 1944.

Les produits qui portent le label Vegan sont des produits à base de plantes naturelles, qui ne contiennent pas d’ingrédients d’origine animale. Le label indique que la fabrication,  le développement et la composition du produit, ne doivent pas impliquer ou avoir impliqué l’utilisation de produits d’origine animale. Le label garantit également qu’aucun test n’a été effectué sur les animaux.
Cette marque déposée est le standard international pour les produits végans.

En savoir +

La certification garantit :

  • la protection de l’environnement et du climat
  • le maintien de la fertilité des sols
  • la protection de la biodiversité
  • le respect des cycles naturels et du bien-être animal
  • l’absence de produit chimique de synthèse
  • l’absence d’organisme génétiquement modifié
  • une étiquette transparente et claire pour le consommateur
En savoir +

Les produits labellisés doivent répondre aux normes du règlement de l’UE sur la production biologique.
 Les critères principaux sont :

  • 95 % minimum des ingrédients d’origine agricole sont bio
  • L’utilisation d’OGM est interdite
  • Aucun produit phytosanitaire chimique synthétique n’est utilisé
  • Aucun engrais minéral facilement soluble
  • Les semences et les plants conventionnels ne sont autorisés que dans des circonstances exceptionnelles
  • L’élevage doit être conforme aux besoins des espèces (aération, espace, confort et lumière)
  • La nourriture est produite de manière écologique et ne contient pas d’antibiotique ni d’améliorateur de performance
  • Interdiction d’utiliser des facteurs de croissance et de modifier le cycle de reproduction de l’animal
En savoir +

L’Ecolabel Européen, créé en 1992, est le seul label écologique officiel européen pouvant être utilisé dans tous les états membres de l’UE.

L’un des avantages de l’EU Ecolabel est qu’il prend en compte l’intégralité du cycle de vie du produit, du prélèvement des matières premières jusqu’au moment où le produit devient un déchet et est jeté. La phase à laquelle l’impact sur l’environnement est le plus important est examinée par groupe de produits. Ensuite, des critères sont définis afin de réduire cet impact.

Les critères environnementaux sont définis de telle manière que seuls 10 à 20 % des produits sur le marché peuvent obtenir l’Ecolabel européen. Par conséquent, seuls les produits les plus respectueux de l’environnement peuvent porter ce label.

Ces normes sont le résultat de recherches scientifiques et d’une vaste concertation avec des ONG environnementales, des associations de consommateurs, des unions professionnelles, des PME et des intermédiaires. Les critères doivent être approuvés à la fois par les états membres de l’UE et par la Commission européenne.

En savoir +

NF environnement est un label français créé en 1991 pour les produits écologiques. Ce label peut être trouvé sur diverses catégories de produits, dont le papier. Il garantit que le produit est composé d’au moins 50% de papier recyclé ou d’au moins 30% de fibres issues d’une gestion forestière durable.

Les substances toxiques ne doivent pas être utilisées dans le processus de fabrication du papier. Le blanchiment au chlore est également interdit. Cependant, l’utilisation d’azurants optiques (additifs chimiques couramment utilisés pour blanchir fortement le papier) n’est pas interdite.

Ce label impose des normes maximales d’émission de substances nocives dans l’eau et l’air pendant le processus de production, comme le soufre, le phosphore et les substances organochlorées adsorbables. De même, il applique des normes en matière de consommation énergétique et d’émissions de dioxyde de carbone. Un système de gestion des déchets doit également être mis en place. Les produits sont testés pour leur efficacité.

En savoir +