Les élixirs floraux

De quel élixir floral ai-je besoin ?

Le meilleur moyen de définir le ou les élixir(s) floral(aux) dont nous avons besoin est de s’adresser à un professionnel formé. Ce peut être un naturopathe ou un conseiller en santé naturelle. En effet, en lisant un livre ou une liste d’élixirs floraux, le piège est de se reconnaitre dans une trop grande quantité de fleurs et ne plus savoir établir un ordre de priorité. De plus, les états émotionnels nous font bien souvent manquer d’objectivité sur la situation et nous risquons fort de passer à côté de fleurs dont nous avions pourtant besoin.

Si vous ne pouvez consulter un professionnel (un thérapeute à son cabinet ou un conseiller du rayon compléments alimentaires de votre magasin), vous pouvez également vous tourner vers des synergies d’élixirs floraux élaborées par des professionnels autour d’une thématique spécifique. De nombreux laboratoires en proposent, certains en se limitant aux élixirs traditionnels du Dr Bach, d’autres intégrant les élixirs issus de la recherche contemporaine, ce qui permet une approche plus subtile et plus complète.

Bien qu’elle ne soit pas personnalisée, c’est souvent une très bonne première approche des élixirs floraux, très facile à choisir.

Les élixirs floraux étant des harmonisants émotionnels, leur utilisation est sans aucun danger.

Quels dangers ? 

élixirs florauxLes élixirs floraux étant des harmonisants émotionnels, leur utilisation est sans aucun danger. Une erreur dans le choix d’un ou de plusieurs élixirs restera sans conséquence. Si vous prenez un élixir floral dont vous n’avez pas besoin, vous allez harmoniser un état émotionnel déjà harmonisé. Quel pourrait être le risque à trop s’équilibrer ? Un élixir mal choisi restera simplement sans effet, il n’y a aucun danger et ce quel que soit l’âge.

La seule précaution réside dans la très faible quantité d’alcool.
Si les quelques gouttes d’une utilisation journalière représentent à peine la quantité d’alcool contenue dans un fruit bien mûr, on évitera l’utilisation des élixirs floraux sur base alcool chez les anciens alcooliques (ou en cours de sevrage). Certains laboratoires proposent une alternative au Cognac, comme le sirop d’érable, bien que la base cognac reste toujours préférable lorsque c’est possible.

Comment les utiliser ?

L’utilisation se fait selon les recommandations de votre praticien. Habituellement, on conseille 3 gouttes (ou 2 sprays) par prise sous la langue, sur 3 à 4 prises par jour.

L’efficacité du traitement sera renforcée par la fréquence des prises et non sur la quantité de gouttes à chaque prise. Là encore, il n’y a pas vraiment de risque d’excès puisque les fleurs agissent comme des régulateurs.

Il est également possible d’atténuer le goût du cognac en diluant les 3 gouttes dans un demi verre d’eau. Il est également possible d’appliquer les élixirs floraux en externe : sur les poignets, les tempes, le plexus solaire, dans une huile de massage neutre, dans un bain,… le Dr Bach conseillait même parfois d’utiliser les élixirs floraux en compresses. Certains laboratoires proposent même des crèmes aux élixirs floraux (la crème de base doit bien évidement être d’excellente qualité et sans ajout d’huiles essentielles dont la vibration très dense viendrait perturber l’efficacité de l’élixir floral). Les supports tels que bonbons, chewing-gums, pastilles diverses semblent relever plus de l’argument publicitaire que d’un réel apport intéressant à la thérapie florale.

Quelle marque choisir ?

Libre à chacun de choisir la marque qui correspondra à ses attentes qualitatives personnelles. Il est cependant recommandé de préférer un laboratoire utilisant du vrai cognac bio et respectant une réelle éthique : préparation de l’élixir mère en pleine nature, avec des fleurs sauvages (et non de la culture, même bio), entièrement manuelle- ment, avec expertise, conscience et respect. Ceci posé, la meilleure façon de choisir élixir floral reste d’écouter son ressenti et d’expérimenter par soi-même.

Quelques exemples d’élixirs floraux en prévision de l’arrivée de l’hiver.

Selon les médecines traditionnelles asiatiques, l’hiver est la saison associée à l’élément eau, à l’énergie du rein et aux émotions de peurs. La luminosité diminue, invitant à l’introspection. De nombreux élixirs floraux peuvent nous accompagner à vivre nos émotions durant l’hiver, en voici quelques exemples.

Pour la déprime hivernale et le pessimisme, on pourra penser aux élixirs de Charme (manque d’entrain, d’intérêt pour le quotidien, lassitude), de Moutarde (abattement sans raison apparente, mélancolie), de Millepertuis (cauchemars, dépression saisonnière, sensibilité au manque de luminosité), de Bourrache (tristesse, chagrin) ou de Zinnia (manque d’humour, se prend trop au sérieux, besoin de retrouver joie et légèreté).

Aux personnes fatiguées et dévitalisées, on conseillera les élixirs d’Olivier (Epuisement, grande fatigue), de Maïs doux (besoin de se ressourcer au contact de la nature), d’Angélique (besoin de soutien dans les périodes importantes de la vie, de se sentir fort), d’Aneth (saturation d’informations et de stimulations, besoin de temps pour intégrer) ou de Chêne (sens des responsabilités trop important, surinvestissement).