Permaculture : comment se lancer ?

Lors de la première étape d’observation, interrogez-vous sur les cultures de votre région, celles d’aujourd’hui mais aussi celles d’hier. Étudiez la géologie ainsi que la météorologie de votre environnement. Cela vous permettra de mettre l’accent sur les réels besoin de votre jardin.

Ensuite, recherchez les plantes, les insectes et la faune déjà présente. Cela vous en dira long sur l’état de votre futur jardin. Certaines plantes particulièrement sont bio-indicatrices. C’est-à-dire que leur présence en nombre peut vous révéler certaines informations sur la nature du sol :

  • Carotte sauvage : richesse des sols en base ; compactage des sols limoneux.
  • Chardon : terres calcaires
  • Coquelicot : contraste fort entre l’humidité hivernale et la sècheresse estivale. Sol à tendance calcaire.
  • Menthe à feuille ronde : Fort engorgement en eau et en matière organique.
  • Ortie : Excès de matière végétale archaïque ou animale ; pollution ou apport de fer.
  • Pâquerette : Décalcification des sols.
  • Pissenlit : Engorgement en matière organique animal. Bon indicateur de prairie riche tant que le pissenlit n’est pas dominant. Révèle un compactage excessif du sol s’il domine.

carottesConcernant la pratique de la « définition des limites », on parle de « design ». C’est-à-dire de la conception, la création et l’aménagement de votre jardin. C’est à la fois l’esthétique et la pratique.

Vous pouvez imaginer le jardin comme une série d’anneaux concentriques qui partiraient du centre – où l’activité humaine est la plus importante et où les besoins d’attention sont les plus concentrés – vers les anneaux extérieurs où les interventions deviennent de moins en moins nécessaires.

 

Il existe plusieurs façon de préparer votre première parcelle, voici les deux plus courantes :

– La butte en creusant le sol : creusez la terre sur 35cm environ, arrosez abondamment le sol puis disposez des rondins de bois en alternant bois vers et bois mort en les serrant au maximum. Arrosez le tout de nouveau. Disposez une couche de feuilles mortes et de bois décomposé, puis refaites un étage de bois et de branches. Disposez sur le dessus une couche de paille et de feuilles mortes assez épaisse, en y ajoutant un peu de cendre de bois afin d’améliorer les réactions chimiques. Ajouter votre terre initiale ainsi qu’une bonne couche de compost ou de fumier avant de pailler le tout. Arroser très abondamment afin de tasser les différentes couches entre elles. Votre butte est prête !

– La butte sans creuse : Elle se construit exactement comme la précédente mais sans la première partie de creusage. A la place, disposer d’épaisses couches de cartons et de journaux sur l’ensemble de la parcelle.

Les (bonnes) associations de plantes :

Ail : Il renforce la teneur en huiles essentielles des aromates, éloigne de nombreux insectes.photo-1556773741-37840d1f213d
Il aime : betteraves, carottes, choux, fraises, laitues, pommes de terre.
– Il n’aime pas : asperges, haricots, persil et poireau.

Basilic : Il éloigne les mouches et les moustiques. Renforce le goût des tomates.
– Il aime : poivrons et tomates.
– Il n’aime pas : persil et ciboulette.

Tomate : ces feuilles s’utilisent en purin.
Elle aime  : carottes, céleri, poivrons, oignon, persil et poireaux.
– Elle n’aime pas : betteraves, aubergines, pommes de terre et pois.

Carotte
– Elle a
ime bien
: poireaux, oignons, ail, romarin, échalotes et sauge.
– Elle n’aime pas : menthe et Aneth.

Courgette
– Elle a
ime bien
: radis, menthe, pois et haricots.
– Elle n’aime pas : pommes de terre.

Epinard : Il enrichit la terre.
– Il aime bien : laitues, concombres, pois, choux et poireau.
– Il n’aime pas : tomates, poivrons et pomme de terre.

Poivrons et piments :
– Ils aiment : tomates, carottes, oignons et basilic.
– Ils n’aiment pas : épinards.

Pomme de terre :
– Elle aime
: haricots, pois et œillets d’Inde.
– Elle n’aime pas : tomates, aubergines, concombres, courgettes, épinards et citrouilles.

Les mauvaises habitudes dont il faut se détacher :

  • Ne pas marcher sur les cultures. Privilégier des parcelles.
  • Ne pas arracher les cultures qui ne donnent plus. Le système racinaire aère le sol et sert de nourriture aux vers de terre.
  • Planter le plus densément possible (très serré).
  • Tâchez de faire travailler au votre zone d’activité en continue.
  • Ne faites pas de rang, mélangez les cultures.
  • Désherbez le moins possible. Les « mauvaises herbes » favorisent la biodiversité.

Autres astuces de la permaculture:

  • Ne pas laisser le sol nu, toujours utiliser du mulch (ou du paillage) pour garder l’humidité dans le sol. Protéger votre sol favorise aussi le développement de la vie du sol.
  • Utiliser l’eau de manière réfléchie et en la recyclant au maximum. L’eau est la garante d’un sol bien hydraté ainsi que d’une multiplication efficace de la vie de votre jardin par la faune.
  • Prendre soin de son sol et le nourrir perpétuellement garanti son enrichissement. Les vers de terre sont vos amis en permaculture, car ils assurent un sol meuble et en bonne santé.
  • Faire son compost est indissociable de la permaculture. Gardez lui une place importante.
  • Essayez de faire vos propres semences afin de sélectionner petit à petit les graines les plus adaptées à votre jardin et à votre manière de jardiner.

L’équipe du Marché de Léopold de Gujan, s’est lancé dans l’expérience en créant sont propre jardin en permaculture à l’arrière du magasin :

Permaculture - Le Marché de Léopold

Maintenant c’est à vous de jouer !