#solidarité pour Suzi Handicap Animal

suzi handicap animal

Le 27 et 28 novembre dernier, nous organisions une collecte au profit de l’association Suzi Handicap Animal dans notre magasin de Langon. L’occasion pour nous de vous parler d’une cause qui nous tient à cœur. Celle de Stéphanie et de son combat pour venir en aide aux animaux en difficultés.

Suzi Handicap Animal est un refuge-centre de soins pour animaux. Stéphanie et son équipe soignent, opèrent, appareillent les animaux ainsi abandonnés et effectuent le suivi de santé et soins quotidiens. Une fois remis sur pied, ceux-ci sont proposés à l’adoption ou gardés au refuge. Suzi Handicap survit grâce aux dons et aux bénévoles. C’est pourquoi nous avons souhaité les aider !

L’histoire de SUZI

A l’âge de 8 ans Stéphanie rencontre une jument SUZI, handicapée suite à un grave accident de concours, celle-ci doit partir à l’abattoir. Ayant elle-même des gros problèmes de santé, elle arrive à convaincre ses parents de sauver cette jument. Elle la soigne durant 15 ans tous les jours, alors qu’aucun vétérinaire ne pensait qu’elle vivrait plus de quelques années. Malheureusement elle finit par rejoindre le paradis des chevaux …. En sa mémoire, Stéphanie décide alors de sauver beaucoup d’autres animaux handicapés. Elle devient par la suite auxiliaire vétérinaire pour en aider davantage. Arrivant à une cinquantaine d’animaux, elle crée son association, le 07 avril 2014, jour de l’anniversaire de sa jument disparue et l’ appelle donc SUZI HANDICAP ANIMAL en son honneur. 

Plus qu’un refuge, une maison

 Avec son père, ils achètent le terrain grâce à leurs fond personnels. Et avec son mari, y crée le refuge  dans lequel ils vivent désormais. C’est à la fois leur maison et celles des 160 animaux qui y vivent librement puisqu’ils ont un accès libre à l’extérieur. 

Tous les travaux sont effectués par son mari et tout le financement est à titre associatif.  Aucun gros mécène, ni aucune aide de l’État ou de la municipalité ne soulagent les charges financières conséquentes de l’association. Ses coûts de fonctionnement courants s’élèvent à 20 à 25 000€ par mois dont 15K€ pour les soins vétérinaires ! 

Stéphanie voue tout son temps et toute son énergie à sauver, soigner, rendre heureux ces animaux qui sans elle, auraient vécu malheureux, aurait été mal ou pas soignés ou auraient été euthanasiés. Elle précise souvent qu’ici ce n’est pas un refuge à proprement parlé, c’est une maison : leur maison qui a été adaptée, agencée, équipée, médicalisée pour recevoir des animaux malades, les soigner et leur permettre de vivre comme dans n’importe quel foyer familial. 

Malgré des journées très chargée, Stéphanie a eu la gentillesse de répondre à nos questions. Voici ses réponses.

  • Combien de bénévoles travaillent avec vous au sein de Suzi Handicap Animal ? 

Il y a 1 dame en CDI, 1 quart temps, 2 services civiques en roulement, qui s’occupent avec moi des soins, du nursing, des sorties, du ménage… 4 personnes viennent aussi bénévolement une matinée par semaine pour aider au ménage qui a une grande importance car ces animaux sont fragiles, souvent incontinents et l’hygiène est la base de leur confort et de leur bien-être.  

  • Quelle est la journée type d’un animal ? 

Il est très compliqué de donner une journée type car cela dépend de chaque pathologie, des besoins spécifiques à chacun d’entre eux. Par exemple certains animaux ont besoin de nursing car incontinents, une trentaine ont besoin de 2 bains par jour, d’autres ont besoin de prendre des médicaments, d’autres ont besoin d’être vidangés, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas capable d’uriner seuls, on les vidange donc par sonde ou on leur donne  des médicaments pour créer les contraction de la vessie et le relâchement, ensuite nous venons appuyer délicatement sur leur vessie pour les aider à uriner… 

D’autres n’ont pas la capacité de sentir la sensation de faim suite à des coups au cervelet lors de maltraitances, il faut donc les faire manger. Les incontinents urinaires portent des couches qu’il faut changer 3 à 4 fois par jour ; nous utilisons 400 couches taille enfant par mois et 1200 taille adulte !!!!  

  • On n’ose pas vous demander s’il y a une Journée type pour vous … 

En effet il n’y en a pas car je veille sur eux jusqu’au coucher, parfois même la nuit pour ceux qui ont besoin de soins la nuit. Je m’occupe de tout, cela va du ménage, désinfection de la maison, au changement et lavage des couvertures, doudous… 

Je m’occupe des soins (vidanges, rééducation…) , du nursing (changer les course, faire les bains..), des câlins qui sont essentiels pour eux…  Je m’occupe de la communication de notre association qui nous permet de soulever des fonds.  Je les emmène chez le vétérinaire, pour les chirurgies, pour les échographies, les radios, les scanners, certains ont besoin d’une imagerie médicale par mois, car lorsqu’il y a paralysie, il faut vérifier l’état des organes internes régulièrement également. 

Je fais les toilettages également. Il n’y a pas de début pas de fin. 

  • Comment se passe un sauvetage ? 

Les animaux sont parfois amenés par les propriétaires qui en cas de lourds handicaps ou lourdes maladies attendent  le dernier moment, quand le vétérinaire ne peut plus rien faire, quand l’animal devient pour eux une contrainte et qu’ils ne veulent plus s’en occuper pour s’en débarrasser… 

Ils nous sont parfois aussi confiés suite à des saisies de la police, des pompiers, parfois même ce sont les cliniques vétérinaires qui nous les emmène quand des propriétaires veulent faire euthanasier l’animal, alors qu’il est viable et peut être soigné mais que cela leur coute trop cher, alors nous obtenons l’accord du propriétaire pour récupérer l’animal, l’adopter et le soigner. Parfois il veulent le récupérer une fois qu’il est remis, bien que nous leur expliquons qu’une fois qu’ils l’ont donné au refuge, c’est une remise à vie, jamais nous ne remettrions ces animaux à des gens qui ont baissé les bras et laissé leur animal pour mort.. 

  • Vous êtes en train de créer chez vous un pôle vétérinaire sur place, où en êtes-vous ? 

Nous travaillons avec la clinique de Bayeux qui est à 1h30 de chez eux. Les vétérinaires viennent 2ou 3  jours par semaine au centre de soin, tous les autres jours c’est nous qui y allons.  

Nous avons donc décidé de créer notre pôle vétérinaire de 80m2 avec une pièce de chirurgie et une pièce de rééducation qui est en cours avec tapis immergé, eau chauffante, nage à contre-courant, analyseur de sang…Nous recherchons un vétérinaire qui travaillerait ici à plein temps. Les chirurgiens continueront de venir. Et bien que mon mari fasse les travaux, nous avons besoin de financements pour le matériel de travaux, le matériel médical, les outils…   

  • Quelles sont vos plus grosses difficultés ? 

Le fait de perdre un animal. 

  • Quelle sont vos plus grosses joies ? 

De voir comment ils vivent au refuge, comme ils sont heureux tout le temps en groupe, et qu’ils ne voient plus leur handicap,  qu’ils vivent normalement, qu’ils courent, qu’ils jouent. Ils créent des liens forts entre eux, ils sont tous plein d’amour les uns avec les autres 

  • Petit mot de la fin  

J’aimerais que les gens comprennent qu’un animal handicapé ou malade, n’est pas forcement voué à être malheureux ou à souffrir, lorsqu’on y met les moyens, l’énergie, la volonté nécessaire, on peut les soigner, les appareiller, les rééduquer, et leur permettre de vivre une belle vie heureuse comme tous les autres, et peut recevoir et donner beaucoup d’amour et de joie. 

Souvenirs de la collecte ! Nous remercions chaleureusement nos clients pour leur générosité !

collecte suzi handicap animal   

Merci à nos partenaires pour leur soutien et leurs dons : Pronadis, Agence Staut, Yarrah, Tidoo, Biovetiol.

    logo biovetol

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Facebook de l’asso